lundi 19 décembre 2016

Et finalement, démissionner de l'éducation nationale

Il faut se faire une raison, le métier de professeur des écoles n'est pas pour moi. Je démissionne de l'éducation nationale.

J'étais ravie de changer de cycle et d'aller en maternelle...eh ben...j'aurai du me méfier...

Être dans l'établissement scolaire de son PEMF (professeur des écoles maître formateur), c'est tout gagnant. On espère pouvoir parler plus facilement de nos problèmes de gestion de création de séquences. Force fut de constater que ça n'a pas été le cas. Ces bestioles sont toujours occupées, n'ont pas le temps. Et pendant ce temps vous ramez et surtout vous découvrez un matin en regardant vos 30 bébés-élèves que : "Putain ! Mais qu'est-ce que je fais là ? Ce n'est pas moi, ça."

Ce n'est pas moi.

Je n'ai pas pensé "ce n'est pas pour moi" mais bien "ce n'est pas moi". La différence est minime, je vous l'accorde mais elle est là. Dans la première phrase, des aménagements peuvent éventuellement être apportés pour aider. Dans la deuxième, rien n'y fera. Pour oser une comparaison, dans le premier cas, on adapte le dosage d'un traitement pour qu'il passe mieux et agisse. Dans le second on le stop pour éviter de se retrouver à partir les pieds devant.
Au final, même avec plus d'aide, j'aurai fini par partir. Déjà, dans ma classe de CE2 je me disais d'attendre la maternelle pour me décider. Déjà, une lassitude se faisait sentir. Être lasse dans son métier d'enseignant à peine deux mois après avoir commencé...là encore, j'aurai du me méfier.

Dans un monde parfait, l'accompagnement de l'ESPE (École supérieure du professorat et de l'éducation) serait plus adapté et nous permettrai de mieux comprendre là où on met nos pieds et déconstruirai bien vite cette image d'épinal que beaucoup de professeurs stagiaires ont de l'école. Vous savez, celle de certains clichés de Robert Doisneau :


Mais non, ce n'est pas le cas.
Histoire de couronner le tout, la formation est pour le moins ubuesque...Le cours "Pratique de la classe" se tiendra au second semestre. Sachant que tout se joue les premières minutes pour que l'enseignant s'impose (et en impose) aux élèves, mettre en place ce cours au second semestre est donc tout à fait normal. Il semblerait cependant que sur ce point toutes les ESPE ne sont pas logées à la même enseigne et que certaines pratiquent une vraie formation même pour ceux qui n'ont pas fait de Master 1.
Mme Vallaud-Belkacem (et tes successeurs) si tu passes par là : va falloir vraiment repenser cette formation. Soit dit au passage même les enseignants aguerris comme Lucien Marboeuf, auteur du blog l'inst'humeur, le disent...

Enfin...C'est comme ça...Au moins, j'ai essayé et découvert que le monde de l'éducation nationale n'est pas pour moi. Je m'oriente d'ores et déjà vers d'autres voies, d'autres chemins et l'un d'eux m'oblige (un peu) à mettre mon blog sur les réseaux sociaux. Du coup, remise à jour des comptes twitter et pinterest, création de la page facebook du blog. Par contre, vous m'excuserez, si je veux garder un minimum de vie sociale et familiale et surtout garder du temps pour ma formation je n'ouvre pas de compte Instagram et snapchat.

Et vous ? Avez-vous choisi de vous reconvertir et cela s'est-il bien passé ?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...