lundi 23 janvier 2017

Cette semaine, je...rédige une lettre à ma mamie

 





Chère Mamie Suzanne,


Tristan aura deux ans dans deux mois. Dans deux mois cela fera aussi deux ans que tu nous a quitté.
La famille a toujours dit que j'étais ta petite-fille préférée, vrai ou pas,ce que je sais c'est qu'une partie de toi semble être passée en moi.
Te souviens-tu de certaines choses que tu m'as apprises ? Pour moi, c'était un jeu, pour toi c'était la réalité.
Cette réalité semble m'avoir rattrapée.
Te souviens-tu de ce jeu que tu m'as offert ? Nous étions allées dans une petite boutique près de la place de la Comédie et de ses trois grâces. J'avais choisi un jeu, la vendeuse n'était pas convaincue de mon choix "ça ne passera pas" avait-elle dit, ou quelque chose de semblable, je me souviens qu'elle n'avait pas l'air convaincue.
Arrivées à la maison, on déballe et c'est la choc : il me fait peur.
Retour dans la ruelle prés de la Comédie. La vendeuse se souvient de nous. Malheureusement, elle ne peut pas reprendre le jeu : il est ouvert. Qu'à cela ne tienne, tu m'en acheté un autre : celui conseillé par la vendeuse. Je n'étais pas du tout enchantée, il avait l'air trop compliqué pour la petite ado de 13/14 ans que j'étais.
Lorsqu'on l'a ouvert à la maison, je l'ai trouvé très obscure, complexe. La vendeuse avait dit qu'il faudrait du temps. Soit. Attendons.
Retour de vacances, retour dans mon val-de-marne natal.
Et j'oublie ce jeu. Rangé dans sa boite, au fond d'une armoire.

Les années passent et je quitte l'appartement maternel pour le mien. Le jeu est toujours dans sa boite. C'est un souvenir resté rangé durant plus de 10 ans mais vas savoir pourquoi, je pars avec.
A chaque déménagement, il m'a suivi, dans sa boite, toujours.

Et puis la volonté de changer de l'an passé, la dépression, les angoisses du présent. Et le voilà qui se rappelle à moi, qu'il m'attire.

Et ça me revient tel un boomerang. Tout ce que tu m'as appris.
Dix de coeur, la maison, le foyer.
Dame de pique femme brune envieuse.
Sept de trèfle, évènement inattendu.
Et les autres, tous les autres.
Alors quand je sors "petite maladie d'un enfant blond" et que Tristan est sous traitement, sans gravité je te rassure, quelques jours après, je me dis que quelque chose est passée. Que cette chose est passée de toi à moi.
Cependant, contrairement à toi, je comprends après coup. Est-ce ça que tu appelais "un flash" ? Quand un évènement même anodin te fais venir une carte à l'esprit ? Et quand en tirant une carte tu sais de suite de qui il s'agit ? Pour ma "petite maladie d'un enfant blond" je savais que ce serait Tristan pourtant, tu le sais, mes deux enfants sont blonds et Amandine est plus fréquemment malade que Tristan.

Mamie, pourquoi moi ? Je suis plutôt d'un caractère terre à terre. Alors pourquoi cet attrait ?
Dis, Mamie, tu savais vraiment ce que tu faisais quand tu m'as emmenée dans cette boutique ?
J'aurai aimé que tu sois toujours là pour me répondre, toi qui étais toujours de bon conseil et surtout à l'écoute.
Dis, Mamie, j'ai peur de me perdre dans cet univers sans toi. Tu n'es plus là pour répondre à mes questions, me guider comme tu l'as souvent fait.

Dis, Mamie.

14 commentaires:

  1. Très émouvant,je te comprends, ma mamie c'était la deuxième femme de ma vie, et même si ça fait un moment elle me manque toujours autant.bises

    RépondreSupprimer
  2. très prenant ce texte adressé à l'au-delà ... on a toujours besoin d'une mamie, dommage qu'elles doivent partir de ce monde à un moment donné ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'ordre des choses : les âgés avant les jeunes.

      Supprimer
  3. quelle lettre poignante et magnifique.... Je n'aurai pas d'autre mot, ils paraitrait trop futile...

    RépondreSupprimer
  4. Si tu l'as, tu ne te perdras pas... Oui ça peut faire peur, mais tu peux aussi trouver d'autres personnes qui sauront t'expliquer.

    Bon et ma mamie s'appelait comme la tienne... J'ai la larme à l'oeil maintenant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh ben non, faut pas pleurer.
      J'espère que tu as raison si je l'ai.

      Supprimer
  5. Pas de mots tant c'est poignant, emouvant, magnifique !

    RépondreSupprimer
  6. Pas de mots tant c'est poignant, emouvant, magnifique !

    RépondreSupprimer
  7. Pas de mots tant c'est poignant, emouvant, magnifique !

    RépondreSupprimer
  8. C'est une très belle lettre ! et pour le coup, je suis plutôt fière de m'appeler comme ta Mamie !!!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...